0
Votre panier est vide.
Aller au panier

Domaine Complémen’terre

A la rencontre de Marion Pescheux et Manuel Landron

Bienvenue chez Marion et Manuel

Des racines reliées à la terre et à la mer
marion pescheux et manuel lardon du Domaine Complémen'terre

Manuel Landron et Marion Pescheux, du Domaine Complémen’terre, sont tous les deux natifs du Pays Nantais. Manuel, fils du renommé Jo Landron, pionnier de la biodynamie dans la région, a baigné dans la marmite depuis tout petit. Alors devenir à son tour vigneron, ça lui paraissait naturel.
Marion, elle, est fille de journaliers, petite fille de poissonniers. Le lien à la terre, à la mer, est ancré dans son ADN. Elle rencontre Manuel à l’occasion de vendanges qu’elle réalise chez Jo Landron, alors qu’elle est étudiante en histoire.

Expérimenter différentes visions de la biodynamie et des vins naturels
vignes Domaine Complémen'terre

Au départ, le couple n’a pas vraiment dans l’idée de s’installer à la Haie Fouassière. Ils sont jeunes et ont soif de voyages. Manuel part à l’autre bout du monde, en Nouvelle Zélande, vinifier pour un domaine en biodynamie. Une approche très éloignée de la nôtre. Droiture anglo-saxonne, on applique les cahiers des charges à la lettre. Ici, c’est la rentabilité qui prime. Une vision qui contraste fortement avec son expérience au Chili. Là-bas, il travaille aux côtés de Louis-Antoine Luyt, figure important du vin nature. Son approche à lui est philanthropique. Prendre soin de la terre, des vignes, respecter les cycles. On est là pour se faire plaisir.

A leur retour en France, ils font un arrêt à Amboise, en Touraine. Tandis que Marion se forme en viticulture, Manuel fait ses armes chez Xavier Weisskopf puis chez Lise et Bertrand Jousset, aujourd’hui des amis. Puis vient le moment pour le couple de choisir où s’installer. Pourquoi pas la Touraine ? « Le truc, c’est qu’on était loin de l’océan, loin de nos familles aussi. On avait envie que nos enfants connaissent leurs grands-parents. Et puis, en voyageant à gauche à droite, on s’est rendu compte de la richesse des terroirs de la Haie Fouassière ».

Retour aux sources : naissance du Domaine Complémen’terre


Le couple travaille 3 cépages : le Melon de Bourgogne, la Folle Blanche, le Gamay et d’ici quelques années le Pineau d’Aunis (projet de plantation). Le tout dans le respect de l’agriculture biologique et du cahier des charges de Nature & Progrès. La notion de progrès est importante pour Manuel. Elle implique une dynamique, une quête constante d’amélioration. Ne pas rester sur ses acquis.
Ils appliquent aussi des principes de la biodynamie. Entre autres, ils suivent le calendrier lunaire pour prendre leurs décisions.

potion mama


2013. « Complémen’terre » est né. On oublie le nom de famille pour mettre en avant le travail commun du duo. Le domaine s’agrandit pour atteindre 12 ha aujourd’hui. Tout (quasiment) est travaillé en parcellaire. Le but, exprimer la diversité des terroirs : orthogneiss (roche mère, issue du granite), quartz, amphibolite, grès, argile, sable limoneux etc.

Des vins blancs savoureux et harmonieux

Le travail de longue haleine, d’observation, d’adaptation, de compréhension des terroirs, se fait sentir dans leurs vins. On retrouve toujours ce savoureux équilibre, entre fraîcheur, minéralité et douceur, ampleur.

Hors de question pour les jeune vignerons de bloquer les malos*. Ce serait aller à l’encontre de l’évolution naturelle du vin. Et ils ont bien raison ! Celles-ci apportent justement de la complexité, une texture douce et suave que l’on savoure.

Si vous salivez à l’idée de goûter les vins du Muscadet du Domaine Complémen’terre, laissez place maintenant à la dégustation !

*Malolactique : transformation de l’acide malique en acide lactique, sous l’action de bactéries naturellement présentes dans le vin.