0
Votre panier est vide.
Aller au panier


Revenir au modèle de ferme

Nous sommes à Vauxrenard, au coeur du Beaujolais, un jour d’été. Je lis juste avant notre rencontre que Michel Guignier serait un « loup solitaire ». Un vrai paysan, au sens noble du terme, amoureux de ses terres.

Et bien je confirme. Michel Guignier est un homme assez discret, sensible, attachant. J’éprouve beaucoup de respect pour son expérience et sa philosophie de vie.
Les heures passées dans les vignes, dans les champs de fois, ou auprès de ses bovins, Michel ne les compte pas.

ferme Michel Guignier

La polyculture sonne ici comme une évidence. Être autonome, revenir au modèle de ferme qu’avait construit son grand-père en 1949. « C’est du travail, mais c’est tellement satisfaisant ».

Accepter ce que lui donne la nature

Michel Guignier a toujours été vigneron. Tout comme son père et son grand-père. Au début il était en conventionnel « raisonné ». A ses débuts, il refusait déjà les pesticides de synthèse. Puis dans les années 2000, il est passé à l’agriculture biologique et biodynamique. Par conviction, par amour de ses terres.
Son frère lui, n’a pas pris le même chemin. Bien que Michel le regrette, il a fini par accepter.

vignes Michel Guignier

Les vignes en coteaux sont bordées par une forêt domaniale. La vue est si belle, les fleurs, les herbes hautes, les vaches, le chant des oiseaux. On ressent ici une sérénité totale.

4 hectares de vignes, plantées sur des granits sablonneux, qui expérimentent chaque année plus ou moins d’aléas. Malgré tout, le vigneron n’a pas utilisé un seul gramme de cuivre depuis 2017. Il accepte d’avoir de plus faibles rendements et ne cherche pas à lutter contre la nature.

Les vins nature de Michel Guignier sont dotés d’une âme

Côté vinification, Michel Guignier raconte qu’il a commencé à élaborer des vins vivants, « des purs jus » comme il aime les appeler (sans filtration et sans intrants oenologiques) suite à des dégustations chez des voisins. « Parfois, tu goûtais, c’était pas bon. Puis d’autres fois, c’était exceptionnel. » Jamais des vins ne l’avaient ému comme ça. Alors il a testé. Juste avant les mises, il a mis de côté quelques bouteilles non filtrées, sans sulfites ajoutés, et il les a faites goûter autour de lui. « Alors certes, ça avait besoin de plus de temps, mais quand le vin était en place, c’était largement meilleur« .

vin naturel Michel Guignier Beaujolais

Michel ne met en vente ses vins que lorsqu’il les trouve prêts. D’où la possibilité de se procurer des 2015, 2016. Contrairement aux on-dit, les vins nature ont besoin de temps. « Quand ils sont jeunes, ils sont instables. Plus ils vieillissent, plus ils s’assagissent et se bonifient« . Le vigneron poursuit son analogie avec l’Homme. « Les vins vivants sont comme nous. Ils connaissent des jours meilleurs et des jours moins bons, c’est comme ça.« 

Son travail minutieux, de la vigne à la cave, se ressent à la dégustation. Finesse, sapidité, minéralité avec une bonne dose de poésie. Voilà comment je décrirais les vins naturels de Michel Guignier.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *